Mais une croissance sujette aux aléas du marché et de la conjoncture économique



Mais une croissance sujette aux aléas du marché et de la conjoncture économique
En 1995, la gestion est informatisée. Avant, elle se faisait manuellement. C'est Joël Julia, le cinquième mousquetaire, qui a développé un progiciel sur mesure, permettant de mieux gérer le personnel. Son initiative a permis, dans une large mesure, de bénéficier d'une croissance de plus en plus importante, mieux maîtrisée, plus raisonnée.

Même si le siège de Crossroads reste dans la capitale, même si la gestion est centralisée, même si pour assurer une cohérence à l'ensemble du dispositif, tout transite par l'état-major parisien, la nécessité de décentraliser certaines opérations se fait sentir. En 1998, Crossroads développe des équipes et des représentations dans le sud-est et le sud-ouest de la France, qui réalisent les prestations pour le compte des clients dans ces régions.

Gain de temps, adaptation au terrain, satisfaction toujours affinée des exigences de la clientèle : tout cela se traduit en chiffres. Entre 1999 et 2000, le chiffre d'affaires progresse de 60%, une hausse imputable non seulement au bon fonctionnement de la "machine" Crossroads, mais aussi à la conjoncture générale, à la bonne tenue des entreprises, qui communiquent, et donc font travailler le secteur de l'événementiel et du spectacle.